La pandémie a envahi le monde et a fait tomber l’économie mondiale à genoux, mais elle n’a pas épargné nos esprits. Entre la peur de contamination et les mesures prises par les gouvernements, les gens se sentent désormais mal à l’aise. En effet, la plupart des pays du monde entier ont décidé de confiner leur population pour limiter la propagation du virus. Pour certains, il est même devenu tabou d’en parler. Que faut-il donc faire pour faire face à cette crise sanitaire ?

                                                       Ne gâchons pas leurs efforts

 

Les téléjournaux et les fake news sont à éviter

Le coronavirus ou COVID-19 est devenu l’unique sujet auquel les journaux télévisés s’intéressent. Par conséquent, les nombres de morts y sont annoncés tous les jours durant toute la journée. En plus, la situation empire et ne connait aucune amélioration notable. Il est vrai toutefois qu’un traitement à la chloroquine donne espoir, mais celui-ci est sujet à des controverses qui font douter de son degré de toxicité. Même les grandes puissances telles que les Etats-Unis se grattent la tête devant cet ennemi invisible.

Et comme si ce n’était pas suffisant pour nous faire peur, les fake news entrent en scène pour semer la panique. A cause des fausses informations, la colère augmente et la compréhension d’autrui décline. Sans oublier qu’un corps dominé par la peur est la cible préférée du virus. Ainsi, les efforts des Etats risquent d’être complètement mis à zéro. Il est donc préférable d’éviter de rester collé devant les annonces du jour concernant cette pandémie.

 

Le confinement est pour notre bien

Avec le confinement, l’impact psychologique de la pandémie est plus apparent. Effectivement, la vie n’est plus ce qu’elle était : pas de sorties, pas de cinéma, etc. Même ceux qui sont autorisés à sortir ne peuvent le faire qu’en cas de nécessité absolue. Au fur et à mesure que les jours passent, l’ennui commence à prendre le dessus et nos journées deviennent moins productives qu’avant. S’ajoute à cela les symptômes de stress traumatique dus à la confusion et à la colère. Tous ces facteurs sont amplifiés par la peur de l’infection.

Cependant, il ne faut pas considérer ce confinement comme une sorte d’emprisonnement. Au contraire, il s’agit d’un devoir de tout un chacun parce qu’il s’agit de se protéger et de protéger autrui. Il vaut mieux le prendre comme un sacrifice nécessaire pour un lendemain meilleur. Il n’est donc pas inutile de prendre son mal en lisant des bouquins, en matant des films, en faisant du sport ou en se réunissant en famille. En ce faisant, on gardera le moral et le temps s’écoulera plus rapidement.

 

Un retour vers la spiritualité est de mise

Dans un monde dominé par l’image et les choses matérielles, c’est l’occasion de se tourner vers les valeurs spirituelles. Les bienfaits de la spiritualité sont nombreux. Ils permettent  de garder son calme, de renforcer sa foi et de se débarrasser de l’anxiété. Autrement dit, ce sont des valeurs qui favorisent le bien-être et permettent à l’être humain de se réconcilier avec lui-même.

 

Cette crise sanitaire est certes éprouvante pour nos esprits, mais pour le moment nous devons suivre les consignes de protection contre le virus et de respecter les mesures de confinement afin de la surmonter. En outre, un état d’esprit bien équilibré est un autre atout indispensable pour faire face à cette crise sanitaire. Sans cela, la propagation du virus risque de prendre une ampleur incontrôlable tandis que le nombre des victimes risquerait d’augmenter drastiquement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici