En cette période de crise sanitaire causée par le coronavirus, les fake news ont proliféré de manière significative. En effet, certains internautes ont surfé sur la vague de cette crise pour diffuser de fausses rumeurs. Ces fausses informations risquent d’accentuer la paranoïa chez les gens, ce qui peut troubler l’ordre public. Afin de mettre un terme à ce problème persistant, le Maroc s’attaque enfin aux fake news en adoptant la loi relative à l’usage des réseaux sociaux.

Les fake news et le coronavirus
                                        Intox en force et panique générale

 

L’information à l’ère du coronavirus

Il est évident qu’en ces temps de crise, les fake news fonctionnent comme un moteur de la peur. Par conséquent, cette dernière à son tour crée une psychose au sein du groupe grâce à un effet domino qui touche tous les individus.

Fake news sur petit écran
         Attention aux fake news ! Et ne participez pas à leur circulation sur le net

Plusieurs rumeurs ont circulé sur le net récemment et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, allant jusqu’à nier l’existence de ce virus qui, pourtant, accable le monde. D’autres fausses rumeurs relatives au « vrai » nombre de décédés suite à la contamination, ainsi qu’à l’état des hôpitaux dans le pays ont bien fait le tour chez les internautes. Dernièrement, la DGSN a arrêté une youtubeuse pour diffusion d’informations non-vérifiées avant même l’adoption de ce texte de loi. C’est dire à quel point la situation est critique.

 

Le projet de loi 22.20 enfin adopté

La propagation du coronavirus n’a pas empêché le gouvernement marocain de lutter contre les fake news. Ainsi, il a adopté, le 19 Mars, la loi 22.20 relative à l’usage des réseaux sociaux en classifiant la diffusion des fake news parmi les cyber-crimes. En fait, il s’agit d’une occasion inestimable pour combler un grand vide juridique en la matière. L’adoption de cette loi par le Maroc s’inscrit dans la continuité de son adhésion à la convention de Budapest sur la cybercriminalité en 2018.

Ce texte de loi, adopté au milieu de la crise ambiante, fait son entrée avec quelques dispositions contraignantes. Cette loi interdit désormais toute publication susceptible de nuire à la sécurité et à l’ordre public via de fausses informations. Qu’elles soient publiées sur des réseaux sociaux ou d’autres réseaux similaires, il suffit qu’elle porte atteinte aux personnes pour que sanctions s’ensuivent. En outre, elle sanctionne les développeurs des services des réseaux sociaux, en cas de manquement à leurs obligations consistant en la lutte contre les contenus électroniques illicites.

La censure tue la liberté d'expression

Les fake news sont certes nuisibles, mais faut-il s’attendre à une censure exagérée ? La liberté d’expression resterait-elle la même après l’adoption de la loi 22.20 ? Pour l’instant, il est indéniable que cette initiative aura un impact important durant cette période de crise. Toutefois, l’on se demande si cette loi recevra la même passivité qu’aujourd’hui de la part des internautes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici