La propagation du coronavirus ou COVID-19 a pris des proportions démesurées. A l’aune de cette crise sanitaire, les Etats sont mis à mal tandis que l’économie mondiale risque de s’effondrer. Des scénarios de tout genre circulent sur le net, entre demi-vérités et théories du complot. Par conséquent, la panique et la peur commencent à prendre le dessus sur la raison.

Un monde en ébullition 

Pendant que la situation s’améliore en Chine, prétendue berceau du COVID-19, les choses empirent dans les autres recoins du monde. En effet à l’heure actuelle, plusieurs pays européens et asiatiques souffrent socialement et économiquement de ce virus. Dans un contexte d’économie mondialisée, ce qui nuit à la Chine se répercute sur le reste du monde. Surtout qu’elle représente 30% de l’économie mondiale.

Très vite, toutes les entreprises entreprenant des rapports commerciaux avec la Chine se sont retrouvées en difficulté. Les rayons des supermarchés se sont vidés, les rues sont devenues presque désertes et les écoles ont fermé. Par ailleurs, de grands festivals et de grands événements comme l’E3 des jeux-vidéo et les jeux olympiques de Tokyo ont été reportés.

Même la Mecque, lieu de pèlerinage de tous les musulmans du monde, a pour le moment fermé ses portes. Sans oublier les différents vols vers plusieurs destinations qui ont été annulés. Ceci aura sans doute des incidences graves sur le tourisme et l’économie dans nombre de pays. En plus, la chute du pétrole risque d’empirer les choses surtout pour les pays du Golfe. Ayant dépassé les cent-mille d’infectés, l’organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le COVID-19 de véritable pandémie.

 

La situation au Maroc

Depuis quelques jours, les premiers cas infectés pas le COVID-19 sont apparus au Maroc. Malgré les mesures sécuritaires prises au niveau des aéroports, le virus a pu traverser nos frontières. Cependant, la plupart des cas étaient à l’étranger avant de gagner les terres du royaume. Mais connaissant l’état déplorable de nos hôpitaux et de notre système de santé en général, le Maroc est-il vraiment prêt à se protéger de cette pandémie ? Faut-il se fier aux propos rassurants du ministère de la santé déclarant que la situation est sous contrôle ?

En ce mois de mars, la situation s’est aggravée au Maroc. Ce n’est pas la maladie en soi qui crée (pour le moment) problème, mais bien la panique des gens. Effectivement, ces derniers se sont rués vers les supermarchés par crainte d’une éventuelle pénurie de certains produits vitaux. En plus, tout lieu susceptible de réunir plus de 50 personnes, y compris les salles de sport, ont dû fermer leur porte. Bref, c’est an véritable affolement qui s’est installé dans le pays.

 

Générer de la peur à travers les médias de masse

D’autres virus dangereux ont déjà été découvert par le passé. Et pourtant l’alerte n’a jamais atteint des niveaux pareils. C’est le cas d’Ebola qui a laissé douze mille morts en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, la paranoïa gagne du terrain et la peur de l’autre s’accroît exponentiellement. Serait-ce l’effet pervers des médias qui répètent tout le temps les mêmes consignes à longueur de journée ?

Les classes dirigeantes forment et modèlent les attitudes et les opinions à travers les médias de masse. Les scénarios d’une pandémie qui met fin à l’espèce humaine ne manquent pas. Que ce soit à travers des romans, des jeux-vidéo ou encore la télévision, on a acquis une certaine acceptation de la situation actuelle. On pourrait même dire que les gens n’ont plus besoin de se poser de questions. Ainsi, il est devenu aisé de manipuler et contrôler les individus.

 

L’année 2020 a démarré d’une manière assez mouvementée. Les mauvaises nouvelles se sont enchaînées les unes après les autres. Seraient-ce les signes d’un inexorable changement ? Il est même probable que tout le système économique mondial connaisse un effondrement sans précèdent, et que la monnaie soit atrocement dépréciée. Il est clair que cette tragédie qui est en train de s’installer durera encore longtemps. Je crains malheureusement que le pire soit encore à venir.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici