Depuis Août 2019, mois durant lequel la saison des incendies commence, la côte Sud-Est de l’Australie a pris feu. Mais cette fois, il ne s’agit pas de n’importe quel incendie puisque les statistiques des pertes qu’il a engendrées sont vertigineuses. Malheureusement, le drame continue de jeter son ombre jusqu’à aujourd’hui.

                          L’impuissance de l’Homme face à la colère de la nature
L’incendie en tant qu’effet du réchauffement climatique ?

En effet, cette mer de flammes qui est communément appelée « feux de brousse » est le plus grand incendie dans l’histoire de l’Australie. Il est même plus important que celui inscrit en Amazonie entre Janvier et Octobre 2019. Par conséquent, la température a atteint plus de 41 degrés en mois de Décembre, plus d’un milliard d’animaux ont péri dans le feu incessant et plus de neuf millions d’hectares de verdure ont été brûlés. Des nombres troublants !

Selon les médias australiens, cet incendie monstre serait l’oeuvre du réchauffement climatique qui a pris les citoyens et l’Etat au dépourvu. Vents trop forts, impacts de foudre et végétation asséchée sont autant de causes naturelles ayant attisé ce feu destructeur. A la fin de l’année précédente, d’énormes fumées ont atteint le Chili et l’Argentine, ce qui témoigne de l’envergure de la catastrophe.

Evidemment, le pays a dépêché un grand contingent constitué de pompiers afin de venir en aide à l’Etat de Victoria qui est le plus touché par ce désastre. Sauf que malgré les grands efforts récurrents du personnel, l’incendie continue inlassablement sur sa lancée. Pour le moment, une pluie torrentielle voire même diluvienne serait le seul facteur capable d’éteindre le feu.

           La pluie serait le sauveur tant attendu par les australiens en ce moment

 

Action humaine ou effet du réchauffement climatique ?

Entre l’incendie en Amazonie et les feux de brousse, serait-ce vraiment la faute du réchauffement climatique ? ou bien celle de volontés cachées et malicieuses souhaitant réduire les espaces ruraux au profit d’une urbanisation croissante ? Tous les scénarios sont possibles et les médias n’ont jamais été une source absolue de l’information. Néanmoins, le problème reste le même et c’est l’humanité tout entière qui devra en payer le prix tôt ou tard.

Bien que l’incendie se passe en Australie, toute la planète est concernée. Les forêts sont les poumons de notre terre, et aujourd’hui nous sommes en train d’assister à notre fin imminente les yeux grands ouverts. Les effets catastrophiques et irréversibles d’une telle perte de la faune et de la flore vont nous tomber dessus de quelque manière que ce soit. Que ce soit l’effet inéluctable du changement climatique ou l’égoïsme de l’Homme, les répercussions seront dévastatrices et violentes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici